Tout sur l'information, la communication & + dans le Grand Est

Grand Est

 Le Prix Erckmann-Chatrian 2020 au poète vosgien Richard Rognet

Publié le 08/12/2020 dans Médias

Le Prix Erckmann-Chatrian ou Goncourt lorrain récompense chaque année, depuis 1925, un auteur vivant en Lorraine ou qui place son œuvre dans un cadre lorrain. Richard Rognet, le 91e lauréat, vient d’être désigné à l’unanimité des membres du Jury. Plus d’une trentaine d’ouvrages publiés depuis les années 1970 ont placé ce poète né dans les Vosges en 1942 au premier rang des poètes français et au-delà. De cette œuvre principalement publiée par Gallimard, mais aussi par d’autres (Belfond, Aspect, Cherche-Midi…), les lecteurs gardent en mémoire L’Épouse émiettée, Les Ombres du doute, Petits poèmes en fraude, Seigneur vocabulaire, et plus près de nous : Un peu d’ombre sera la réponse, Dans les méandres des saisons, Élégies pour le temps de vivre, ces deux derniers ayant été réédités dans la collection NRF Poésie-Gallimard. Plusieurs travaux universitaires et une Journée d’Études (à Tours en 2017, actes publiés par les éditions L’Herbe qui tremble) lui ont été consacrés. De nombreux Prix littéraires ont consacré son talent (Prix Charles-Vildrac, Prix Louise-Labé, Prix Max-Jacob, Prix Théophile-Gautier de l’Académie française, Prix Apollinaire, Grand Prix de poésie de la Société des Gens de Lettres), le dernier datant de 2004. Il est apparu important au Jury Erckmann-Chatrian de reconnaître en Lorraine ce Lorrain désormais prophète en son pays. La Bourse Lorraine 2020 est attribuée à la revue Péristyles, Cahier des Amis du musée des Beaux-Arts de Nancy (association Emmanuel Héré). Les jurés ont apprécié son excellente qualité, due à une association particulièrement active, ses objectifs clairs et bien tenus depuis 1992, sa capacité à attirer des signatures nationales et internationales. La Bourse Histoire est attribuée aux Chroniques Joviciennes, revue d’histoire locale de Jœuf et environs. Cette distinction a suscité un débat au sein du Comité en raison de la très haute qualité des revues proposées. Celle-ci a été choisie pour l’intensité et la régularité du travail de l’association, pour sa qualité tant dans la mise en page que dans la riche iconographie, la compétence des auteurs, etc. Mais toutes pouvaient prétendre au titre. L’année dernière, le Prix Erckmann-Chatrian avait été décerné à Isabelle Flaten pour son roman Adelphe, paru aux éditions Le Nouvel Attila.