Tout sur l'information, la communication & + dans le Grand Est

Metz

 Le joyau de Metz fête ses 800 ans

Publié le 18/06/2019 dans Collectivités

L’année 2019 célèbre le 800e anniversaire de la cathédrale Saint-Etienne de Metz, plus jeune de 100 ans par rapport à sa sœur Notre Dame de Paris. Ce monument gothique d’une hauteur de voûte de 41 mètres et qui compte 6 500 m² de vitraux, attire chaque année 700 000 visiteurs. Surnommée "lanterne du Bon Dieu", elle sera à le fête à compter du 8 décembre prochain. Sont notamment programmés des d'expositions, des manifestations religieuses, des rencontres thématiques et des concerts. Le coup d'envoi sera donné fin novembre 2019, avec, à la tombée de la nuit, une projection lumineuse sur le monument, qui retracera son histoire. Au total, ce sont plus de 200 rendez-vous grand public qui seront proposés par les partenaires messins entre novembre 2019 et février 2021. Un ouvrage pluridisciplinaire intitulé "La grâce d'une cathédrale" sera publié pour l’occasion. L’Arsenal ne sera pas en reste avec ses concerts de musique sacrée ; le Centre Pompidou-Metz organisera une exposition sur "Chagall, le passeur de lumière", l'Hôtel de Ville reviendra sur l'incendie qui a ravagé la toiture de l’édifice en mai 1877 en raison d’un feu d'artifices tiré en l'honneur de l'empereur Guillaume Ier. A noter que la cathédrale présente une collection de vitraux de toutes les époques, du XIIIe siècle au XXe siècle, conçus par de célèbres artisans verriers comme Hermann de Münster, Théobald de Lixheim ou encore Valentin Bousch, le plus grand peintre verrier de la Renaissance lorraine. Après les destructions de la Seconde Guerre mondiale, on fit appel à plusieurs artistes peintres pour créer de nouveaux vitraux. Marc Chagall, Jacques Villon ou encore Roger Bissière ont ainsi offert leurs talents à l’édifice. La cathédrale renferme également de nombreuses richesses intérieures, comme les monuments funéraires des évêques de Metz, mais aussi des sculptures religieuses, un splendide Trésor et son mobilier liturgique contemporain. 10,8 M€ ont été investis par l'Etat depuis 2004 dont 5,5 M€ pour la seule restauration de la Tour de la Mutte.